HAKKO DENSHIN RYU FRESNOIS Index du Forum
HAKKO DENSHIN RYU FRESNOIS Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Histoire du Budo

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    HAKKO DENSHIN RYU FRESNOIS Index du Forum -> HAKKO DENSHIN RYU JU JUTSU FRESNOIS -> Présentation de l' HAKKO DENSHIN RYU
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gérard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Déc 2007
Messages: 65
Localisation: fresnes sur escaut

MessagePosté le: Ven 14 Déc - 18:54 (2007)    Sujet du message: Histoire du Budo Répondre en citant


En japonais, bu signifie la guerre et do la voie (en chinois : dao ou tao, cf. taoïsme). Les budo sont les arts martiaux japonais apparus entre le milieu du XIXè siècle et le milieu su XXè siècle.  
Les techniques guerrières (bujutsu) développées durant le moyen-âge japonais se sont transformées par trois phénomènes :  
Style3 a écrit:
I : l'arrivée des armes à feu, rendant caduques un certain nombre de conceptions de la guerre ; les armesont arrivées vers la fin du XIV ème siècle de Chine mais leur utilisation est restées très limitée (essentiellement utilisées par les clans IHôjô et Takedo) ; ce sont les portugais, arrivés au milieu du XVIè siècle, qui vonqualité ;

 
Citation:
II : deux siècles de paix interne de l'ère Edo (1600-1868), durant lesquels les techniques guerrières se détournent du combat de masse et évoluent vers le raffinement et les duels ; les guerriers (bushi) deviennent des fonctionnaires (samouraï) ;  
III : l'ère Meiji ( à partir de 1868), qui vit la disparition du système féodal, et notamment de la caste des guerriers.  
Vers le milieu du XIXè siècles, certaines personnes notamment Jigoro Kano, Morihei Ueshiba et Gishin Funakoshi) prennent conscience que, loin d'être devenues inutiles, les techniques guerrières avaint encore un rôle éducatif et de promotion internationale. c'est ainsi que les jutsu (techniques) sont devenus des do (voies) : le kenjutsu (escrime) laissa sa place au kendo, le jujutsu (techniques de souplesse) donna naissance au judo et à l'aïkido, les techniques de boxe d'Okinawa donnèrent le karate-do, le kyujutsu donna naiissance au kyudo (tir à l'arc zen)...  
 
 
 
 
Citation:


 
Citation:
Dans leur forme originelle, les budo sont empreints de bouddhisme zen, de taoïsme et de shintoïsme (religion animiste traditionnelle).  
A la fois en raison de leurs origines : les écoles, ou ryu, basaient sur les principes secrets mystiques (mikkyo) notamment sur les techniques secrètes (okuden) enseignées uniquement aux étudiants les plus fidèles : importance de l'énergie vitale (ki), de la respiration (kokyu), du ventre (hara) qui est le siège du centre des énergies (seika tanden, équivalent du dantian chinois)....  
Mais aussi en raison de la volonté de leurs créateurs d'éduquer les jeunes aux valeurs traditionnelles et de respect.  
Le recours à la spiritualité était également un moyen de décoder les descriptions des techniques afin que les rouleaux les décrivant soient incompréhensibles par les non-initiés. Les écrits n'étaient ainsi en apparence que les élans mystiques mais étaient en fait des métaphores : le "reflet de la lune sur le lac" pouvait désigner la distance entre les combattants, les "deux sommets" pouvaient désigner les coudes...  
Enfin , dans l'idéal, le samouraï devait renoncer à la vie. C'était à la fois une preuve de l'engagement total au service de son maitre, mais aussi une garantie de garder son calme et donc de son efficacité en combat, n'ayant rien à perdre. Cette dimension métaphysique forte s'accompagnait bien évidemment d'une grande religiosité.  
Le concept le plus difficile à saisir pour un européen est sans doute celui du vide (le vide est un des cinq éléments de la tradition japonaise. La vacuité dans les budo peut se vulgariser par les notions suivantes :  
  1. Non pensée : ne pas se troubler l'esprit pour ne pas déformer sa perception du monde, oublier la peur pour combattre efficacement ; l'esprit est similaire à un lac reflétant le ciel, s'il est agité (par les émotions), il déforme l'image perçue (d'où l'expression mizu no kokoro, le "coeur semblable à l'eau"). Le combattant qui a un but, celui de frapper son adversaire restreint sa liberté ; à l'inverse, celui qui n'a pas de but, et notamment elui qui ne veut pas nuire, est libre d'agir à sa guise, il est donc vainqueur ; c'est un autre sens de la non-pensée.
  2. Non-action : ne pas s'opposer à l'attaque mais la guider, percevoir l'intention de l'adversaire sans laisser paraitre ses propres intentions, ainsi l'attaque est maitrisée au moment même où l'adversaire le formule dans son esprit, l'action se termine avant d'avoir commencé.
  3. Non-être : agir non pas en opposition avec l'adversaire et l'environnement, mais au contraire en s'unissant à eux ; c'est-à-dire ne pas s'opposer à l'attaque mais la guider, et prendre en compte les contraintes de l'environnement ; d'un point de vue mystique, on ne peut vaincre l'univers ni se vaincre soi-même ! Mais en s'unissant à l'adversaire et à l'univers, on perd son identité (non être).
  4. Le vide est une métaphore de l'esprit, car comme lui il est immatériel, insaisissable ; "frapper le vide" signifie donc de frapper l'esprit ; prenons par exemple le cas d'une coupe de sabre qui s'effectuerait non pas sur l'adversaire, mais devant lui ; cette coupe provoque un réflex de recul, un effroi, le sabre a donc frappé le vide au sens propre (fendu l'air) comme au sens figuré (intimidation); c'est un des sens de l'expression "sabre instrument de vie" (par opposition à l'instrument de mort).
  5. En boudhisme, l'existence et la non existence sont la même chose, ce qui est caché relève de la non-existence alors ce qui est apparent relève de l'existence ; ainsi dans la croyance de la réincarnation, l'être avant la naissance est la non-existance, et la naissance est la révélation de cette non-existence, qui devient alors existence. Dans le budo, on peut dire que l'intention est non-existence et que le geste est l'existence, c'est une seule et unique chose qui est d'abord cachée puis révélée ; le combattant doit donc tenter de percevoir l'existence (les mouvements de l'adversaire), mais aussi la non-exisence (l'intention qui précède les mouvements).
 
De manière synthétique, les éléments fondamentaux du combat est d'agir en fonction des événements (en "harmonie avec l'univers"), et pour cela, il ne faut pas avoir d'apriori mais être ouvert et lucide --non-pensée, non-action et non-être.  

_________________
secrétaire à votre service.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 14 Déc - 18:54 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    HAKKO DENSHIN RYU FRESNOIS Index du Forum -> HAKKO DENSHIN RYU JU JUTSU FRESNOIS -> Présentation de l' HAKKO DENSHIN RYU Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com